Articles Comments

Protection-requins » Actualité / Latest, géographie » Encore de l’argent sur le dos des requins…More money on the backs of sharks …

Encore de l’argent sur le dos des requins…More money on the backs of sharks …

Les malheureux évènements qui se sont produits à la Réunion ont fait fleurir une solution belge soi-disant « anti-requin ». On parle souvent de la turbidité de l’eau, mais le milieu terrestre semble propice au développement d’intérêts économiques multiples et troubles qui jouent sur nos peurs ….

protection-requinsThe unfortunate events that occurred at La Réunion have spawn a Belgian solution, so-called « anti-shark » . We often speak of the turbidity of the water, but the terrestrial environment seems conducive to the development of multiples and unclear economic interests that play on our fears ….

En octobre dernier, le conseil régional de l’île a organisé un séminaire auquel participait la société belge Aquatek Technology pour venter les mérites de son tout nouveau produit : « Basée sur des technologies de pointe, le système a pour objectif de dissuader le requin de nager dans les eaux proches de la plage sécurisée, tout en ne perturbant pas l’écosystème marin. » « [Il] se présente comme un filet électromagnétique et envoie des ondes électriques pour tenir à distance les requins. C’est un dispositif collectif, contrairement au shark shield qui est un système individuel », souligne Yves Eeckhout, VRP de cette société. « Ce filet permet de délimiter un périmètre de protection. Il peut s’étendre sur des distances allant de 700 mètres à 1 km et aller jusqu’à 10 mètres de profondeur », ajoute-t-il. « Ce qui a pour but de créer une « zone d’inconfort » pour les squales. Le filet comporte des mailles assez larges pour ne pas perturber et piéger les animaux tels que les tortues et les dauphins. » Tiens, les dauphins sont plus petits que les requins ?…

Last October, the regional council of the island organized a seminar (hey, there’s a budget to meet …?) to which participated the Belgian company « Aquatek Technology » that praises the merits of its newest product : « Based on advanced technology, the system is intended to deter the shark swimming in the waters near the beach safe, while not disturbing the marine ecosystem. » « [It] looks like an electromagnetic net and sends electrical waves to keep away the sharks. It is a collective, unlike the shark shield which is an individual system, » said Yves Eeckhout, the « travelling salesman » of this company. « This net allows to define a protection perimeter. It can extend over distances ranging from 700 meters to 1 km and up to 10 meters deep, » he adds. « This is intended to create a » discomfort zone « for sharks. The net has large enough mesh not to disturb and trap animals such as turtles and dolphins. » Well, are dolphins smaller than sharks? …

Que de zèle à donner tous ces détails techniques et à garantir le résultat attendu à ceux qui veulent bien l’entendre, pensant là retirer l’épine qu’ils ont dans le pied… Les spécialistes des requins auraient bien des commentaires à faire à ce sujet, mais « on » ne les sollicite pas, ni ne les écoute. Pourtant, ce projet est stupide, mais grâce aux flux d’argent qu’il génèrera, ce sera bon pour le PIB de la Réunion et rassurera peut-être le grand public (mouais…).

What of zeal in giving all the « technical » details and ensuring the outcome for those who want to hear it, thinking that it will remove the thorn in their foot … Shark specialists would have many comments to make about it, but they have not been neither solicited nor listened. However, this project is stupid, but thanks to money flows it will generate, it will be good for the GDP of the Meeting and may reassure the public (…).

A propos d’argent, il suffit d’être commercial et d’assurer 100% de réussite pour que l’argent public soit dépensé en pure perte (pas pour tout le monde, évidemment!). Quant au coût de l’opération, M. le VRP a été beaucoup moins disert et a évoqué alors les nombreux paramètres à prendre en compte sans les nommer. Il est donc plus difficile de dire combien cela va coûter que d’assurer un succès à 100% du filet dans le milieu marin dont la complexité n’est plus à démonter… On aurait envie d’en rire si cela ne faisait pas pleurer!

About money, it is sufficient to be commercial and ensure a 100%-success to obtain the public money that will be spent in vain (not for everyone, obviously). As for the cost of the transaction, Mr. the « travelling salesman » was much less talkative and spoke about so many parameters to take into account, without naming them… It is therefore more difficult to say how much it will cost than to ensure the success of the net in the marine environment of which the complexity is no more to dismantle … We would want to laugh if it would not make cry!

Depuis février, l’entreprise belge a trouvé du soutien localement auprès du président de l’association « Frères de la côte » qui assure avoir développé avec 3 scientifiques de l’IRD (institut de recherche de développement : on aimerait connaître le nom de ces fonctionnaires?) une 2ème application qui vise à la création d’un réseau social d’information autour du risque requin, avec un carnet de bord par site afin d’informer le plus grand nombre. Le développement de Shark Alarm nécessiterait à peu près 4000 euros selon son créateur, qui apporte son soutien à la fameuse société belge… Tiens, tiens… La 1ère application développée en mars 2012 devait « permettre de déterminer la présence ou non du risque requin » : au surfeur de rentrer un certain nombre d’informations dans son smartphone (s’il surfe seul ou en groupe, le nom du spot, les conditions météorologiques) avant de se mettre à l’eau »… Des smartphones waterproof  et des algorithmes qui calculent assurément le risque requins : vraiment trop fort! Pourtant, il semble que cela ait été un « flop »…!

Since February, the Belgian company can count on support from the president of the local association  « Brothers of the Coast » who claims to have developed with three scientists from the IRD (Research Institute of Development: we would know the name of these officials?) a second application that aims to create a social network around information risk shark with a logbook for each site to inform the greatest number of people. The development of the « Shark Alarm »  appli would require roughly 4000 euros according to its creator, who is supports the famous Belgian company … Well, well, well … The first application developed in March 2012 by the same « designer » was done « to determine the presence or absence of risk shark »: the surfer had to answer a number of information in its smartphone (if surfing alone or in a group, the name of the spot, weather conditions) before getting in the water « … Smartphones are waterproof and algorithms calculate the risk of the presence of sharks …. Really too « smart »! … But it seems it was a « flop » …

Pauvres requins : malgré leur 400 millions d’années d’adaptation à leur milieu, ils n’auront jamais le temps de s’adapter la cupidité des hommes ni d’y survivre….

Une proposition : et si tout l’argent mobilisé pour signer ce genre de contrat était dépensé pour maintenir les postes de vigie (=emplois) sur les plages afin de prévenir de la présence de requins ? Ah oui, ce ne sont pas les mêmes budgets, ni les mêmes requins…

Poor sharks: despite their 400 million years of adaptation to their environment, they will never have the time to adjust to the greed of men or to survive it….

A proposal: if all the money raised to sign this type of contract was spent to keep a lookout posts (= jobs) on the beaches to survey the presence of sharks? Ah yes, these are not the same budgets neither the same sharks …

Filed under: Actualité / Latest, géographie · Tags: , , , , , , , , , ,

Comments are closed.