Articles Comments

Protection requins » Actualité / Latest » Requins : encore tant de choses à découvrir…

Requins : encore tant de choses à découvrir…

On recense actuellement 546 espèces de requins et plus de 600 espèces de raies. Peut-être découvrirons-nous de nouvelles espèces dans les années qui viennent ? Plus probablement grâce au travail des laboratoires plutôt qu’aux découvertes de l’océan, étant donné la façon dont nos activités polluent les océans et détruisent ses habitants…

Des chercheurs (deux groupes différents) se sont penchés sur les deux espèces de poissons les plus grands connus actuellement : le requin pèlerin Cetorhinus maximus et le requin baleine Rhincodon typus. Ces deux grands animaux se nourrissent principalement de plancton, et sont encore pleins de mystère pour la science.

©P. Kobeh. no reproduction allowed without authorisation. Requin pèlerin en train de manger du plancton – Basking shark feeding on plankton
Mer d’Irlande – Grande Bretagne – ïŽle de Man –

En mars 2018, une publication parue dans le Journal of Fish Biology relate les résultats des recherches de 3 scientifiques américains dont l’étude portait sur l’Atlantique nord ouest. Entre 1980 et 2013, ils ont observé, en été et en automne, des rassemblements de requins pèlerins formant des groupes de plusieurs centaines d’individus, jusqu’à un regroupement de 1398 animaux en 2013 ! Ces rassemblements ne sont pas communs : il s’agit d’une dizaine d’observations en tout. L’espèce n’est pas forcément solitaire, mais les groupes observés régulièrement n’excédaient pas 7 individus (99% des 10000 observations étudiées). Selon les scientifiques, ces regroupements sont probablement liés à des besoins de nourriture, de reproduction, de protection. Il est à noter que les quelque 1398 requins pèlerins observés en 2013 étaient en train de se nourrir de zooplancton particulièrement abondant dans la région à ce moment-là.

© Pascal Kobeh- no reproduction allowed without authorisation- Mer des Caraï•bes – PŽéninsule du Yucatan – Mexique – Requin baleine (Rhincodon typus) la gueule ouverte en train de manger du plancton prs de la surface
Caribbean – Yucatan peninsula – Mexico – A whale shark (Rhincodon typus) mouth open feeding on plancton close to the surface

Concernant le requin-baleine, ce sont également les rassemblements massifs qui ont interrogé des chercheurs britanniques. Solitaire aussi à ses heures, le requin baleine forme avec ses congénères des groupes de 10 à 1000 individus de façon saisonnière. On connaît une vingtaine de lieux de regroupement : côtes australiennes, mexicaines, ou encore près des Maldives. Quels sont les points communs de ces lieux ? C’est l’objet de l’étude scientifique de J. Copping, à savoir la topographie sous-marine particulières de ces sites, dont les résultats ont été publiés en juin 2018. Les points communs des sites recensés, conditions nécessaires mais pas forcément suffisantes, sont, selon les scientifiques : des eaux peu profondes situées près de tombants abrupts (pentes récifales ou continentales, monts sous-marins) plongeant de 200 à plus de 1000 mètres de profondeur.  En effet, de façon saisonnière, ces spots sont des zones de haute productivité marine naturelle, notamment en terme d’abondance du plancton ce qui attire les prédateurs. Le plancton remonte des profondeurs pendant la nuit : c’est une source de nourriture pour les requins baleines. Ces derniers se nourrissent également en eaux peu profondes de petits poissons ou de la ponte du corail. Les eaux peu profondes leur permettent probablement aussi de réguler leur température et de se réchauffer après avoir plongé dans les profondeurs, là où la température descend à 4°C.

Ces deux espèces de requins capables de longues migrations transocéaniques sont classés VULNERABLE pour le requin pèlerin et EN DANGER d’extinction pour le requin baleine (Classification UICN). L’un des intérêts de ces études serait de pouvoir protéger ces espèces sur les lieux de rassemblement identifiés. Il reste encore beaucoup d’interrogations sur ces animaux et on ne peut qu’espérer (?) une décision internationale pour classer ces spots de rassemblement connus en zones de protection du milieu marin.

Filed under: Actualité / Latest · Tags: , , , , , , , , , , , , ,

Comments are closed.