Articles Comments

Protection requins » Actualité / Latest, géographie, Le saviez-vous ? / Do you know that..? » What are the causes that could explain the presence of sharks? /Quelles sont les causes pouvant expliquer la présence des requins ?

What are the causes that could explain the presence of sharks? /Quelles sont les causes pouvant expliquer la présence des requins ?


Shark fishing at Reunion island (source internet)

Shark fishing at Reunion island (source internet)

Why bull sharks (Carcharhinus leucas) are present at Reunion island?

They are present at Reunion island, but everywhere on Earth also!

There is NO overpopulation, despite what authorities and some « self-declared experts in sharks » want the public to believe, using statements that are scientifically unfounded, untrue or libelous vis-à-vis the associations that try to restore hypotheses scientifically proven, often buffeted by political and others involved in the « shark business. » If we go back to the causes of this presence, they consist mainly of anthropogenic factors such as urbanization, the occupation of coastal space, pollution, fishing, among others. This addition of factors has led to a « shift » in shark populations.

What are the causes of anthropogenic origin?
– Fishing reef sharks and degradation of their coastal habitats: the population of reef sharks in Reunion island has been decimated by fishing and coastal pollution. Since nature abhors a vacuum, the place is free for other species. There is a space to be occupied by others and bull sharks are very opportunistic. The project to repopulate the coastal waters with reef sharks will only be viable if the fishing of the sharks and of their natural prey  will be prohibited and restriction of of non-fishing zones respected (we are far from that…) in order for the habitat of these species to recover. Without these prerequisites, reintroduction of reef shark won’t be efficient enough … for sharks ….

– Presence of professional slaughterhouses whose waste end up in the sea, as opportunities for sharks to feed themselves ; also it has been referred to certain religious festivals where we practice animal sacrifices whose carcasses end up in the ravines, and in the sea;
– Fish waste: many fishermen empty their taken out of the dock in the harbor: the viscera and others parts of fishes end up in the sea;
– Rapid urbanization of the island and pollution: about 850,000 inhabitants, more and more construction, more discharges of dirty water and of sewage in the sea, and over waste that ends up in part also in the sea .. .The treatment plants are no longer appropriate, maybe out of date, at least defective. Analysis of the lagoon water at certain times give contamination levels of fecal coliforms much higher than the standard of tolerance. Industrial agriculture (sugar canne) is also reponsible using nitrates that end up to the sea… 

– The decrease in available prey : industrial fishing is depopulating our oceans, often killing millions of tons of fish we do not even eat. Predators of such unnecessarily killed prey that we steal from oceans, have no longer little choice, but to come to feed at our garbage to the coast!
– The fish farm who worked 10 years until early 2013. In 2006, it seems that some discussions occured about making a film under the cages of the farm and there was already talk of the presence of bulldogs, but  » on « changed his mind because it was not very promising as an image. The authorities were well aware of such a shark presence, but they preferred not to talk to anyone … to avoid panic.
– The increase in water activities in recent years, more people in the water = more risk of accidents.
 
Those are some of the possible causes. Their accumulation gives the result that we know; in fact, it is our inconsistency which is responsible …


Pourquoi les requins bouledogues (Carcharhinus leucas) sont-ils présents à la Réunion ?

Ils sont en fait présents partout dans le monde !

Il n’y a, à la Réunion, AUCUNE surpopulation malgré ce que les autorités et certains nouveaux faux-experts en requins veulent faire croire au public à force de déclarations infondées scientifiquement, mensongères, voire calomnieuses vis-à-vis des associations qui tentent de restituer des hypothèses scientifiquement avérées, souvent malmenées par les politiques et autres acteurs du « shark business ». Si l’on en revient aux causes de cette présence, elles sont constituées principalement de facteurs d’origine anthropique tels que l’urbanisation, l’occupation de l’espace côtier, la pollution, la pêche, notamment. Cette addition de facteurs a conduit à un « shift » dans les populations de requins.

Quelles sont les causes d’origine anthropique ?

–  la pêche des requins de récif et la dégradation de leur habitat côtier : la population de requins de récif à la Réunion a été décimée par la pêche et la pollution de la côte. La nature ayant horreur du vide, la place est libre pour d’autres espèces. Il y a un espace à occuper par d’autres et les requins bouledogues sont très opportunistes. Le projet de repeupler la côté par des requins de récif ne sera viable que si l’on arrête de pêcher (les requins et leurs proies naturelles pour qu’ils puissent se nourrir) en respectant les zones de non-pêche (ce qui n’est pas le cas) et que l’on rétablit un habitat pour ces espèces. Sans ces prérequis, les réintroduire risque de ne servir à pas grand-chose…pour les requins….

– présence d’abattoirs professionnels dont les déchets finissent à la mer, comme autant d’opportunités de se nourrir ; on parle également de certaines fêtes religieuses où l’on pratique des sacrifices d’animaux dont les carcasses finissent dans les ravines, puis dans la mer ;

– les déchets de poissons : de nombreux pêcheurs vident leurs prises à même le quai, dans le port, les viscères et autres déchets finissent dans la mer ;

– l’urbanisation galopante de l’île et la pollution : environ 850000 habitants, toujours plus de construction, plus de rejets d’eaux sales et d’eaux usées en mer, et plus de déchets qui finissent en partie également en mer…Les stations d’épuration ne sont plus adaptées, peut-être obsolètes, en tout cas défaillantes. L’analyse de l’eau du lagon à certaines périodes donnent des taux de contamination par des coliformes fécaux beaucoup plus élevées que la norme de tolérance. L’agriculture industrielle (canne à sucre) utilisent des nitrates, probablement responsables de maladies auto-immunes chez l’homme,  qui tuent les sols et finissent dans la mer, modifiant l’équilibre chimique de cette dernière ;

– la diminution des proies disponibles au large : la pêche industrielle dépeuple nos océans, souvent en tuant des millions de tonnes de poissons que nous ne consommons pas. Les prédateurs de ces proies inutilement tuées que nous volons aux océans n’ont plus guère d’autre choix que de venir faire nos poubelles à la côte !

– la ferme piscicole qui a oeuvré 10 ans jusqu’au début 2013. En 2006, il semble qu’il ait été question de faire un film sous les cages de la ferme et l’on parlait déjà de la présence de bouledogues, mais « on » a changé d’idée car ce n’était pas très porteur comme image. Les autorités étaient parfaitement au courant, mais elles préféraient ne pas en parler pour n’affoler personne…

– la multiplication des activités nautiques ces dernières années : plus de gens dans l’eau = plus de risques d’accidents.

Voilà pour quelques unes des causes probables. Leur accumulation donne le résultat que l’on connaît ; en fait, c’est bien notre inconséquence qui est la responsable…

 

Filed under: Actualité / Latest, géographie, Le saviez-vous ? / Do you know that..? · Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Comments are closed.