Articles Comments

Protection-requins » Requins moins connus – Lesser-known sharks

Requins moins connus – Lesser-known sharks

Les scientifiques ont répertorié environ 535 espèces de requins. Le grand public en connaît moins d’une dizaine.
Il est temps de présenter certains de ceux que l’on peut croiser plus rarement, mais qui n’en sont pas moins menacés.
Scientists have identified already 535 species of sharks. Usually people knows less than 10 species.
It’s time to introduce some of those that can be crossed more rarely, but are no less threatened. 

Notorynchus cepedianus ou requin plat-nez, Broadnose sevengill shark, cow shark

©F. Buyle – Notorynchus cepedianus – requin plat-nez – tous droits réservés

– C’est un hexanchiforme avec 7 fentes branchiales. Son corps est élancé mais néanmoins massif, avec une courte nageoire dorsale près de la queue.
– Sa robe : grisâtre ou brunâtre, parsemée de petits points noirs et parfois de tâches blanches, ventre crème.
– Sa taille : maximale 3m pour un poids de 50kg.
– C’est un requin benthique et côtier que l’on croise dans les baies peu profondes en eaux tempérées. A ce jour, on considère qu’il évolue de la surface à −570m. Il nage très près des côtes, profitant de la marée montante pour s’en rapprocher. Il se retire un peu plus au large à marée basse. On l’aperçoit souvent près du fond (sableux ou forêts de kelp).
– Distribution : Atlantique Sud et Pacifique Ouest et Est, probablement océan Indien.
– Maturité sexuelle : pour les mâles entre 1,50 et 1,80m (adulte: 2,30m) et pour les femelles entre 1,90 et 2,10m (adulte: 2,90m). C’est un requin ovovivipare. La femelle peut avoir jusqu’à 82 petits mesurant entre 45 et 53cm à la naissance, après un an de gestation.
– Son alimentation est opportuniste : poissons osseux et cartilagineux (raies et autres requins), invertébrés, mammifères marins ou non, vivants ou non, pinnipèdes.
– Son comportement : c’est un requin actif qui peut se montrer agressif s’il est provoqué. Considéré comme dangereux en Australie et en Nouvelle-Zélande. Capturé fréquemment pour son huile et sa chair (EU et Australie), pour sa peau (Chine).
Photo prise en Afrique du Sud.
– It’s a hexanchiforme with seven gill slits. Its body is slender but massive, with a short dorsal fin near the tail.
– Color: grayish or brownish, dotted with tiny black and sometimes white spots, belly cream.
– Size: 3m maximum weighing 50kg.
– It is a benthic and coastal shark that we meet in the shallow bays in temperate waters. To date, it is considered to be found near the surface to -570m. It swims very near the coast, taking advantage of the tide to get closer. It retired a little off at low tide. It can be  seen near the bottom (sand or kelp forests).
– Distribution: South Atlantic, Western Pacific and probably Eastern Indian Ocean.
– Sexual maturity: Males between 1.50 and 1.80 m (adult: 2.30 m) and females between 1.90 and 2.10 m (adult: 2.90 m). It is an ovoviviparous shark. The female can have up to 82 pups measuring between 45 and 53cm at birth, after a year of gestation.
– The diet is opportunistic: bony and cartilaginous (rays and other sharks) fish, invertebrates, marine mammals or not, living or not, pinnipeds.
– Its behavior: it is an active shark that can be aggressive if provoked. Considered dangerous in Australia and New Zealand. Captured frequently for its oil and flesh (EU and Australia), for its skin (China).
Photo taken in South Africa. 

Scyliorhinus capensis ou roussette à tâches jaunes, Yellospotted catshark, « donuts shark »

©F. Buyle – Scyliorhinus capensis – roussette – tous droits réservés

– C’est un requin de taille moyenne avec un corps élancé.
– Sa robe est grise, parsemée de tâches jaune d’or, parfois parcourue de 7 à 9 bandes transerversales sombres.
– Sa taille : maximale 1,20m.
– C’est un requin benthique, parfois côtier en eaux tempérées, évoluant entre 12m et 500m.
– Distribution : endémique en Afrique du Sud.
– Maturité sexuelle : pour les deux sexes entre 65 et 80 cm. C’est un requin ovipare ; 1 oeuf par oviducte avec un sac mesurant 8x3cm pour un juvénile de 30cm à la naissance.
– Son alimentation : petits poissons osseux et cartilagineux, céphalopodes (calmars, pieuvres), crustacés.
– Son comportement : c’est un requin tout à fait inoffensif. Captures fréquentes à la ligne de fond et à la palangre.
On lui donne le nom de « donuts shark » car, quand il est attrapé, il se met en rond et ne bouge plus, prenant la forme du fameux beignet dit « donuts » en anglais. Sitôt relâché, il se laisse couler et, le danger passé, il se « déplie » et nage plus loin.
Photo de juvénile prise en Afrique du Sud.
– It is a medium sized shark with a slender body.
– Color: gray, dotted with golden yellow tasks, sometimes traveled from 7 to 9transerversales dark bands.
– Size: 1,20 m. maximum
– Benthic shark, sometimes coastal temperate waters, moving between 12m and 500m.
– Distribution: endemic in South Africa.
– Sexual maturity: for both sexes between 65 and 80 cm. It is an oviparous shark, one egg per oviduct with a bag measuring 8x3cm for a juvenile of 30 cm at birth.
– The food: small bony fish and cartilaginous fish, cephalopods (squid, octopus), crustaceans.
– Its behavior: this shark is quite harmless. Frequently caught because of bottom lines and longlines.
It has been given the name of « donuts shark » because when it is caught, it gets around and does not move, taking the form of the famous pastries called « donuts » in English. As soon it is released, it sinks down and when the danger has passed, it « unfolds » and swims away.
Photo of a Juvenile taken in South Africa.
 

Megachasma pelagios ou requin grande gueule, Megamouth shark

 
tête de requin grande gueuleEn 1976, pour la première fois, au large d’Hawaï, un drôle de requin a été pris après s’être emmêlé dans une ancre flottante. Une fois pêché, il a fallu aux scientifiques 5 ans pour le décrire. Une nouvelle espèce, une nouvelle famille, un nouveau genre: le  Megachasma pelagios.Il ne ressemble guère aux requins tels qu’on se les représente « mythiquement » parlant, car en matière de diversité, le requin connaît bien des formes, tailles, aspects…Cela étant, le requin grande gueule – megamouth en anglais – est atypique avec une grande gueule, justement, mais plutôt ronde, rappelant plus un cétacé (le dauphin d’Irrawady) qu’un poisson. Qui plus est, ce requin-là a des lèvres charnues, plutôt inhabituel…Les spécimens rencontrés mesuraient près de 5 mètres.
In 1976, for the first time, off Hawaii, a funny shark was caught after being tangled in ananchor. Once caught, it took 5 years for scientists to describe it. A new species, a new family, a new genre: the Megachasma pelagios.Il bears little resemblance to sharks, such that one isthe « mythical » terms, because in terms of diversity, the shark knows many shapes, sizes,aspects … However, the megamouth shark is atypical with a big mouth, exactly, but rather round, recalling more a cetacean (the Irrawaddy dolphin) than a fish. Moreover, this shark one has full lips, unusual … The specimens encountered measured about 5 meters.
A ce jour, environ quarante spécimens ont été observés et/ou pêchés (et consommés dans la plupart des cas, notamment aux Philippines). Les observations ont été faites dans l’océan Indien Ouest, l’Atlantique et le Pacifique. Point encore d’observations dans l’océan Indien Est… Les scientifiques estiment qu’il s’agit d’un requin évoluant entre 300 et 600 mètres, mais revenant en sub-surface pour se nourrir de petites crevettes pélagiques. Il est probable que ce requin ait déjà été péché mais probablement confondu, avant 1973, avec le requin pèlerin.To date, about forty specimens were observed and / or caught (and consumed in most cases, i.e. the Philippines). The observations were made in Western Indian Ocean, Atlantic and Pacific oceans. No observations yet in the Eastern Indian ocean… Scientists estimate that this shark is moving between 300 and 600 meters, but returning to sub-surface to feed on small pelagic shrimp. It is likely that this shark has been already caught and mistaken with the basking shark probably before 1973, .
Merci à BS pour ces informations.
 

Mitsukurina owstoni ou requin lutin, Goblin shark

On l’appelle également requin sylphe, requin farfade ou requin goblin.
It is also called shark sylph or shark farfade.
C’est un grand requin qui peut atteindre 4,25m mais plus régulièrement 2 à 3 m. Sa maturité sexuelle est atteinte à 2,60m.
This large shark can reach 4.25 meters and more commonly 2 to 3 meters. It reaches sexual maturity at 2.6 meters.
Il est assez particulier : sa couleur d’abord avec une robe grise à rose pâle et des nageoires bleuâtres. Exposé à la lumière (quand il est pêché), sa peau rougit. Il a d’assez petits yeux, avec un rostre frontal assez long au-dessus d’une bouche garnie d’une dentition protractile faites de dents fines. Ce requin n’est pas un chasseur rapide mais il compense ce manque de vitesse par une autre tactique.
Son rostre large et long, possédant donc plus d’ampoules de Lorenzini qu’un autre requin, lui permet de détecter les proies cachées (qui émettent un champ électrique) et il projette alors sa mâchoire et capture sa proie.  Ce sont de petits poissons osseux, des céphalopodes (calmars), des crustacés (crevettes)…
La distribution connue actuellement est ponctuellement circumglobale : France (pays basque), Espagne, Portugal, Madère, Japon, Australie, Afrique du Sud, Guyane française, pour un habitat bathybenthique en eaux tropicales et tempérées, évoluant entre 350 et 600m de fond.
Morsure d’un requin lutin – extrait d’un document diffusé sur Arte : 5 requins lutins ont été filmés sur un an, avec une caméra infra-rouge descendue à 300 m de profondeur – Goblin shark bite- extract of a report broadcasted on Arte : 5 goblin shark were filmed over a one-year period  with an infra-red camera going down to 300 m depth.
 
Les scientifiques japonais (dont le Professeur Tanaka-San) ont réussi à établir, grâce aux observations faites dans la baie de Tokyo, à l’entrée de la ville dans une ancienne rivière aujourd’hui canyon sous-marin, que les requins lutins pondent leurs œufs (ovovivipares) à l’entrée du canyon, là où les eaux sont riches en nutriments nécessaires à la croissance de leurs petits et là où il n’y a pas de prédateurs. Les subadultes migrent ensuite vers le large, à l’autre extrémité du canyon. Ces requins ont compris que l’entrée du canyon offre le plus de chance de grandir à leur progéniture. 

The species is quite peculiar, with a grey and pale pink color and bluish flippers. When exposed to light, When it is fished, its skin reddens. It has rather small eyes with a rather long frontal rostrum above a mouth accompanied with a protractile group of fine teeth.  This shark is not a quick hunter, but this lack of speed is compensated by another tactic: its wide and long rostrum allows it to detect hidden prey. Its jaw “drops” and catches its prey. Its prey are small bony fish, cephalopods (squids), shellfish (shrimp)…

They can can be found all over the globe right now : France (basque country), Spain, Portugal, Madeira, Japan, Australia, South Africa, French Guyana. They prefer a bathybentique habitat in tropical and temperate waters, 350 to 600 meters deep.

Japanese scientists, such as Professor Tanaka-San, have been successful in in observing in the bay of Tokyo, at the entrance of the city in an ancient river, which is now an underwater canyon, that goblin sharks lay their eggs (ovovipares) at the entrance of the canyon, where the waters are rich in nutriments, needed in the growth of their little ones, without the presence of predators. The subadults then migrate toward open sea, at the other end of the canyon. These sharks have understood that the canyon offers the greatest chance for the progeny to grow.

Laisser un commentaire