de nouveaux accidents à la Réunion : cherchez l’erreur / New shark accidents at Reunion Island : look for the error

Suite à ces accidents, ont été prises des décisions politiques tout aussi inefficaces que stupides pour apaiser officiellement et probablement la population, mais plus certainement encore pour protéger les intérêts économiques des notables, groupes hôteliers et autres fermes piscicoles locales. Following these accidents, some political decisions have been taken. They are as ineffective as they are stupid. They were meant to appease the population in an official way, but especially to protect the economic interests of such parties as hotel groups and other local fish farms.

Ainsi les pétitions ont fleuri telle celle du collectif « Rendez-nous la mer » qui appelle à « une régulation durable, raisonnée, organisée et transparente des requins ». Cela  présuppose-t-il que l’homme doive une fois de plus interférer sur ce milieu qui n’est pas le sien mais qui en revanche, est bien celui des requins? Il y a également celle de la mairie de Saint-Leu demandant « une révision du périmètre et de la réglementation de la Réserve naturelle marine qualifiée de garde-manger géant des requins ». Le Figaro de Beaumarchais disait déjà « je me presse de rire de tout de peur d’être obligé d’en pleurer… » And petitions have sprung up, such as from the group “Give us back the sea”, which calls for a “sustainable, rational, organized and transparent regulation of sharks.” Does it mean that man must once again interfere in an environment belonging to sharks? There has also been the petition from the municipality of Saint-Leu asking for “ a  review of the structure and regulation of the marine natural reserve, so often qualified as a giant pantry for sharks”. Beaumarchais’ Figaro already said it: “I hurry to laugh at everything for fear of having to cry…”

Il est à noter toutefois que si l’on incrimine souvent la réserve marine, pas un mot sur les activités piscicoles qui se trouvent à moins de 5 km des lieux d’accidents.  Ni sur les « discrets » dispositifs de pêche autour de l’île. Et pourtant ces activités génèrent par leur concentration de poissons bien plus de bruit sous l’eau et d’odeurs liés aux déjections et de déchets provenant des poissons et auxquels sont sensibles les squales, que les proies potentielles de la réserve naturelle marine. L’Etat a  débloqué plus de 600 000 euros fin 2011 pour étudier sur 2 ans et demi les raisons de la récurrence de ces accidents dans le cadre du projet CHARC (Connaissances de l’écologie et de l’HAbitat de deux espèces de Requins Côtiers sur la côte ouest de la Réunion). la-reunion-le-projet-charc-pour-etudier-le-risque-requin . Les Réunionnais avaient intelligemment manifesté contre une première décision de pêche punitive suite à l’accident le 19 octobre dernier qui avait coûté la vie à un surfeur bien connu de la Réunion et qui défendait la biodiversité marine. It should be mentioned, however, that if the marine reserve is often blamed, not a word has been uttered about fish farming activities less than 5 km from the accident sites, nor about the “discreet” fishing devices around the island. And yet these activities with their numerous fish generate much more underwater noise and much more odor of fish waste which  sharks are sensitive to, than potential prey for the marine nature reserve. The government has allocated more than 600,000 euros in late 2011 to make a two years and a half long study of the reasons for the recurrence of such accidents, in the context of the CHARC project (Ecology and Habitat of two species of Coastal Sharks on the West coast of Reunion Island). Following the October 19 accident that claimed the life of a well-known surfer and defender of marine biodiversity from the Reunion island, the islanders had cleverly demonstrated against this first punitive fishing decision.

Et là, on assiste à l’inconsistance politique qui croit prendre des décisions radicales mais ne réfléchit en fait qu’à l’échéance des prochaines élections, sans aucune vision globale pour l’avenir, pour ce que nous laisserons à nos enfants. Désormais, la chasse aux requins est officiellement lancée à La Réunion. Les autorités ont annoncé qu’elles achèteraient les prises à 2€ le kilo. Les politiques et leurs consultants ne sont pas à une décision ridicule près, mais pourquoi ne pas s’adresser à des spécialistes de la mer pour comprendre ce qui se passe ? Bref, retour au projet CHARC qui a commencé en novembre dernier: Où en est-on ? Quels sont les résultats ? Ont-ils pu faire les marquages prévus par la première étape de 4 mois ? Qui nous garantit l’objectivité des résultat? There is inconsistency in political decisions: they claimed to be radical but in fact it reflects only the urgency to last until the next elections, without any overall vision for the future, for what we are going to leave to our children. 

Now the hunt for sharks is officially launched at Reunion Island. The authorities announced they would buy shark meat at 2 euros per kilo. Ridiculous decisions are customary among policies and their consultants, but why don’t they appeal to marine scientists to understand what is truly happening? Whatever the case may be, let us turn back to the CHARC project that began last November: where do we stand today? What are the results? Did they tag sharks as described in the first stage of 4 months? Who can guarantee the objectivity of the results?

 

Quoiqu’il en soit, la Préfecture a donc décidé de pêcher 10 requins en 3 jours, ce qui prête à sourire : encore faut-il trouver les squales, mais sans doute va-t-on les appâter ? C’est une excellente idée pour les attirer …et générer les prochains accidents… Durant ces 3 jours, les activités nautiques et de baignade sont interdites (ce qui confirme le fait que l’on appâte les requins). Il vaudrait mieux interdire la baignade et les activités nautiques pendant plusieurs semaines pour prétendre déshabituer les requins… Qui plus est, l’objet de cette pêche vengeresse est de déterminer si les requins sont ou pas ciguarétiques afin de pouvoir vendre leur chair ; et ce sont les scientifiques du projet CHARC qui ont procédé à cette pêche avec les pêcheurs professionnels. Cherchez l’erreur. At any rate, the Prefecture has decided to catch 10 sharks in 3 days. This is a bit ludicrous: they have to find those sharks, and it seems the only way is to bait them. A great idea to attract sharks… and generate new accidents… During these three days, nautical activities and swimming are prohibited (this confirms that they are going to use bait for the sharks). It would be better to prohibit swimming and water activities for several weeks to allow the sharks to break their habit of coming so near the coast… Moreover, the purpose of this revenge fishing is to determine whether or not sharks are ill with the ciguatera in order to sell their flesh, and it is the CHARC project scientists who carried out this fishing with professional fisherman. Find the error.

Se contenteront-ils des deux espèces incriminées, requin bouledogue et requin tigre classés comme «quasi-menacées» par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) de taille adulte ou bien tout squale, même juvénile fera l’affaire ?… Are the fishermen “simply” going to fish the two incriminated species, i.e. bull shark and tiger shark classified as “near-threatened” by the International Union for Conservation of Nature (IUCN)adult-size, or any shark, even juvenile?…

N’y aurait-il pas moyen de développer des activités touristiques rapportant de l’argent (seul argument auxquels les hommes soient finalement sensibles) autour des requins vivants ?… Faut-il encore revenir sur la nécessité de préserver les requins pour l’équilibre de nos océans ?? Et l’équilibre des océans, c’est le bien-être de l’humanité, mais finalement, le mérite-t-elle vraiment ?… Couldn’t there be any way to develop tourism activities which would bring in money (the only argument that men are ultimately sensitive to) around live sharks?…  Would we ever return to the need to protect sharks for the balance of our oceans?? And the balance of the oceans has everything to do with the welfare of humanity. But ultimately, does humanity deserve it anyway?