Hong Kong: 26 tonnes d’ailerons de requins saisies par les douanes / Authorities seize record 26 tons of illegal shark fins in Hong Kong

Les douanes chinoises ont annoncé début mai 2020 une saisie record de 26 tonnes d’ailerons de requins de contrebande.

Les ailerons étaient empilés dans 773 sacs de nylons, répartis en deux containeurs. Ce qui a mis la puce à l’oreilles des douanes hongkongaises, c’est la mention en espagnol “pescado seco“, qui signifie “poisson séché” sur les documents officiels qui auraient dû être en anglais. Sans compter que la cargaison provenait de l’Équateur, pays déjà “blacklisté” par les douanes pour des cas similaires. Selon Danny Cheung, commandant divisionnaire des enquêtes maritimes aux douanes de Hong Kong, la cargaison a été évaluée à 8,6 millions de dollars HK, soit 1,1 million de dollars.

Un homme de 57 ans a été arrêté dans la région de Sai Ying Pun à Hong Kong en rapport avec la saisie, mais libéré sous caution en attendant une enquête formelle.

Un des deux containers remplis d’ailerons de requins. One of the shipping containers holding 26 tons of shark fins . Image by HK Customs.

The shark fins were packed into 773 nylon bags and stowed in two containers. The customs declaration stated that the containers held “pescado seco,” meaning “dried fish,” but the fact that it was written in Spanish roused suspicion since English is normally used on official documentation. Danny Cheung Kwok-yin, divisional commander of marine investigation at Hong Kong Customs also said that Hong Kong officials have encountered “similar cases from Ecuador,” so the country of origin raised more red flags. This recent shipment, which came from Ecuador, is valued at HK$8.6 million ($1.1 million), 

A 57-year-old man was arrested in connection with the seizure, but released on bail pending a formal investigation.

31000 requins-renards et 7500 requins soyeux

Un responsable du Département de l’Agriculture, de la Pêche et de la Conservation a pu identifier les ailerons comme provenant de 31000 requins-renards (Alopias vulpinus) et de 7500 requins soyeux (Carcharhinus falciformis). Ces deux espèces sont listées comme étant Vulnérables par l’UICN et protégées par la CITES. D’autres espèces non protégées par la CITES étaient également présentes, probablement pour “cacher” la cargaison, selon Monsieur Cheung.

Gloria Lai Pui-yin, responsable de la conservation au WWF-Hong Kong, a déclaré que l’énorme quantité de requins soyeux et de requins-renards dans cette cargaison était assez troublante. « Les requins soyeux et les requins-renards sont menacés d’extinction. Leurs populations sauvages diminuent et font l’objet de contrôles commerciaux de la CITES depuis 2017. Alors que les ailerons de requins trouvés sur le marché de Hong Kong proviennent d’environ 76 espèces différentes de requins et de raies, le requin soyeux est le deuxième plus couramment commercialisé à l’échelle mondiale. La surpêche de ces espèces pose le grave risque de les conduire à l’extinction. (…) Comme la plupart des espèces de requins, les requins soyeux et les requins-renards sont lents à se reproduire, de sorte que la surpêche de ces espèces peut avoir de graves conséquences”, a déclaré Lai.

31000 Tresher sharks and 7500 Silky sharks

An official from the Agriculture Fisheries and Conservation Department (AFCD) identified the shipment to contain fins from 31,000 thresher sharks (Alopias vulpinus) and 7,500 silky sharks (Carcharhinus falciformis), which are both listed as vulnerable species by the IUCN and protected by CITES, an international treaty to prevent the illegal trade in endangered animals and plants. There was also a small portion of fins from species that are not protected under CITES, and these may have been used for cover, Cheung said.

Gloria Lai Pui-yin, senior conservation officer of sustainability at WWF-Hong Kong, said the huge quantity of silky and thresher sharks in this shipment was quite troubling. “Both silky and thresher sharks are threatened with extinction,” Lai said. “Their wild populations are decreasing and have been under CITES trade controls since 2017. While the shark fins found in the Hong Kong market come from about 76 different species of shark and ray, silky shark is the second most commonly traded globally. Overfishing of these species poses the serious risk of driving them to extinction.”Like most shark species, silky and thresher sharks are slow to reproduce, so overfishing these species can have severe consequences, Lai said.

Ailerons de requins-renards trouvés dans un des sacs de nylon / Thresher shark fins inside a nylon bag discovered by Hong Kong authorities. Image by HK Customs.

La pêche aux ailerons

Les populations de requins connaissent un déclin catastrophique ces dernières décennies. L’une des raisons en est la pêche pour la consommation d’ailerons.  Cette pêche consiste généralement à pêcher les requins, à leur découper les ailerons et à les relâcher mutilés à l’eau. Les ailerons séchés se vendent à prix fort pour être utilisés dans des soupes très prisées dans le sud de la Chine et en Asie du Sud-Est.

Des années de campagne des associations de défense de la nature ont contribué à plomber l’attrait des ailerons pour la jeune génération en Chine, à Hong Kong, Taïwan ou Macao. Mais ce mets continue d’être apprécié par les plus anciens, et nombre d’hôtels et de restaurants le servent toujours en soupe. Une demande croissante émane également de la Thaïlande, du Vietnam et d’Indonésie.

Wild Aid estime que 73 millions de requins sont abattus chaque année pour leurs ailerons.

Shark finning

Shark populations have declined dramatically in recent decades. One of the reasons is fishing for the consumption of fins. This fishery usually involves catching the fish, cutting their fins and releasing them mutilated in the water. Dried fins are sold at a high price to be used in highly prized soups in South China and Southeast Asia.

Years of campaigning by nature advocacy associations have helped to undermine the appeal of fins for the younger generation in China, Hong Kong, Taiwan and Macao. But this food continues to be enjoyed by the oldest, and many hotels and restaurants still serve it as soup. There is also growing demand from Thailand, Vietnam and Indonesia.

More than 73 million sharks enter the global shark fin trade each year, primarily to make a luxury food item called shark fin soup.

source : AFP May, 7th, 2020