Malaisie : maladie de peau chez les requins

Une mystérieuse maladie de peau touche les requins à pointes blanches de récif en Malaisie. Les premiers rapports suggèrent que la hausse des températures de la mer pourrait être en cause.

Une espèce de requin “quasi-menacée” de disparition

Selon l’UICN, les « requins pointes blanches de récif » (Trianodon Obesus) sont menacés de disparition. On les appelle “pointes blanches de récif” à cause de la pointe blanche de l’apex (extrémité distinctive de leurs nageoires pectorales). On les nomme aussi “requin corail” du fait de leur habitat proche du récif. Ce sont des requins de petite taille (1m à 1,50m pour 15-20kg), au museau arrondi et au corps fin. Ils se reposent généralement autour des récifs dans la journée. C’est plutôt la nuit qu’ils deviennent actifs et chassent leurs proies. Habitants du récif corallien, ils sont victimes de la surpêche côtière et de la pollution.

Sabah et Sipadan : sites d’observation de la maladie

C’est au large de Sabah (île de Bornéo) que des photos sous-marines d’un requin malade ont été prises. L’animal présentait des taches et des lésions sur la tête. Ces images sont devenues virales sur les réseaux sociaux en avril 2021. Peu après, des plongeurs de l’île de Sipadan et une équipe d’experts venant de l’université de l’état, du gouvernement et de spécialistes de la conservation ont commencé à observer cette maladie de la peau dans chaque groupe de requins rencontré.

En cause, l’augmentation de la température de l’océan ?

En tentant de diagnostiquer ce qui pourrait causer cette maladie, l’équipe a constaté que la température à la surface de la mer à Sipadan avait augmenté, passant à 29,5°C [85,1 °F] en mai 2021, soit un degré de plus que la température en 1985.  « Nous pouvons presque certainement assurer que le réchauffement de l’océan a un rôle à jouer dans ce que nous observons avec les requins malades à Sipadan,” a déclaré Davies Austin Spiji, biologiste marin senior chez «Guardian Reef ». Etant donné que Sipadan est une zone marine protégée où la pêche est strictement interdite et où il n’y a pas d’industries à proximité, faut-il exclure pour autant les facteurs humains ? D’ailleurs, les activités humaines sont responsables, au moins partiellement, des changements climatiques observables ces dernières années.

Selon Mohamed Shariff Mohamed Din, professeur en études vétérinaires à l’Université de Putra en Malaisie, les observations rapportées coïncident avec des rapports de blanchiment des coraux constatés dans la zone. 
« Nous ne pouvons pas ignorer que des changements se produisent là en raison de températures », a déclaré Mohamed Shariff.  Cependant, aucune étude scientifique complète n’a encore été réalisée.

Etude en cours

En mai 2021, l’équipe de recherche a tenté, sans succès, de capturer quelques requins afin d’obtenir des échantillons pour les tests. « Si nous pouvons capturer des spécimens de requins, nous pourrons sûrement au moins découvrir la cause pathogène des lésions », a déclaré Manjaji-Matsumoto, de l’Institut de Recherches marines de Bornéo. L’équipe prévoit faire une autre tentative en juillet 2021. 

Source : Reuters

A mysterious skin disease afflicting sharks

Marine biologists are investigating a mystery skin disease afflicting whitetip reef sharks in Malaysia, with some early reports suggesting rising sea temperatures could be to blame. 

Whitetip reef shark, IUCN: Near-Threatened

Named for the distinctive white tips on their fins (apex of the dorsal fin and the superior caudal fin stained with white), whitetip reef sharks are typically found resting in schools around reefs in the day. They become active at night to hunt for small fish and other animals.  Whitetip reef shark has a very short round snout provided with nasal barbs, Its maximum size is about 2,20m; usually from 1m to 1,50m for a weight about 15 kg. They reach their sexual maturity at about 1 m. They are threatened with coastal overfishing and pollution.

Sabah and Sipadan: disease observation sites

Pictures of one of the sharks with what appeared to be spots and lesions on its head went viral on social media in April 2021 after being taken by an underwater photographer off Sabah state on Borneo island.  Soon after, divers at Sipadan island, and a team of experts from the state’s university and government and conservation groups began seeing the skin disease in every group of sharks they encountered. 

Is the increase in ocean temperature involved ?

Attempting to diagnose what could be causing the illness, the team found the sea surface temperature at Sipadan had risen to 29.5°C [i.e.85.1°F] in May 2021, a degree higher than in 1985. 

“We can almost certainly pin the warming ocean as having a role in what we are seeing with the sickly sharks in Sipadan,” said Davies Austin Spiji, a senior marine biologist with non-profit conservation group Reef Guardian. Nevertheless, considering that Sipadan is a marine protected area where fishing is strictly prohibited, and there are no settlements or industries nearby, can we rul out human factors ? Probably not, as it has been already proved that human activities are at least partly responsible in climate change.

The reported sightings coincide with reports of coral bleaching in the area, according to Mohamed Shariff Mohamed Din, a professor in aquatic veterinary studies with Universiti Putra Malaysia. “We cannot ignore that changes are happening there due to higher temperatures,” Mohamed Shariff said. A full scientific study is yet to be done, however. 

Study in progress

2021-skin-disease-whitetip-reef-shark