Hécatombe chez les requins tigres à La Réunion

On vous en a déjà parlé : les requins-tigres sont tués par dizaines à La Réunion, alors qu’on ne connaît qu’un accident mortel incriminant un requin-tigre. Pourtant, la tuerie organisée et subventionnée, une véritable hécatombe, se poursuit allègrement comme ces photos le prouvent. A la demande des photographes, nous n’avons mentionné aucun copyright afin de préserver leur sécurité, l’écolo-bashing battant toujours son plein sur l’île.

Tuer pour de l’argent, pas pour sécuriser la population

Willy Cail, Directeur du CSR (Centre Sécurité Requin) a déclaré au journal “Le Monde” que les pêcheurs du programme étaient rémunérés à hauteur de 300 euros par drumline. Sur Saint-Leu, ce sont au minimum 6 drumlines qui sont déployées (3 de jour, 3 de nuit). Une sacrée manne pour ces pêcheurs choisis par le CSR !

Car ce sont 7 navires de pêches qui se déploient sur le littoral ouest et sud-ouest, de Saint-Paul à Saint-Pierre. Ils disposent les engins de pêche uniquement sur les zones sableuses, 24/24h et 7/7j en Baie de Saint-Paul et sur Saint-Pierre (Pic du diable) et 12h/24h sur Saint-Gilles, Trois-Bassins, Saint-Leu et l’Étang-Salé. Il existe 18 zones de déploiement en moyenne pour les PAVAC*, et pour les PHF**, 20 zones de déploiement en moyenne (source : info-requins.org au 31/07/21). Le nombre de PAVAC et de PHF déployées dépend des conditions météo. Chaque zone contient plusieurs engins de pêche. Finalement, seuls les pêcheurs savent ce qu’ils ont installés et où ; ils ne montrent que ce qu’ils veulent bien… Ca manque tout de même de transparence, non ?

Vers le 21/07/2021, à Saint-Leu: requin-tigre, immature vu la taille, pêché a 13h30, et la “Water Patrol” de la ligue de surf qui fait la manutention avec  le CSR … et, bien sûr, pas d’observateur agréé !!!!
Depuis avril 2018, c’est le 225ème requin tigre massacré inutilement par le CSR, le 20/07/21, dans la Réserve marine. A la débarque du port de Saint-Gilles, La Réunion

Encore deux requins tigres (227 et 228èmes depuis 2018) tués inutilement dans la baie de Saint-Paul, ce 28 juillet. Depuis 2013, plus de 370 requins tigres ont été massacrés officiellement, sans compter les bébés retrouvés in-utéro dans des femelles gestantes tuées.

Opérations de pêche du CSR du 31 mai au 26 juin 2021 (chiffres publiés le 30/07/21 sur info-requin.re)

Au total, 59 jours de pêche dans le mois dont seulement 9 avec observateurs (!!!), 221 PAVAC déployées + 2 PHF soit 223×300€= 66 900€… soit pratiquement 10000€ par navire de pêche pour 8 jours de boulot chacun !!! Ca devrait susciter des vocations!

Concernant les prises : 1 requin bouledogue, 4 requins tigres…. et 6 prises accessoires dont au moins deux espèces menacées de disparition !!!

A quoi servent les subventions d’état dévolues au CSR et au programme anti-requins ?

A financer un requinocide et un massacre de la biodiversité marine : appâter, attirer et massacrer des espèces non impliquées dans les accidents, en pleine Réserve marine nationale, en plein jour, à proximité des usagers qu’ils soient surfeurs, plongeurs, apnéistes, nageurs ou simples baigneurs… et, surtout, à enrichir ceux qui en profitent.

Pourtant, David Guyomard, membre du CRS et lui-même promoteur de la pêche au requin, reconnaissait dans le JIR du 25/03/21, que : « [les requins tigres] sont beaucoup moins dangereux que les requins bouledogues. Il s’agit également de juvéniles qui n’ont jamais provoqué d’attaques à la Réunion. Donc, ces requins ne sont pas de nature à soulever une inquiétude particulière». Pourtant, on les tue, jeunes, juvéniles, femelles gestantes …à 300€ la sortie sur une palangre, ce serait bête de s’en passer, non ?

*PAVAC :palangre verticale munie d’un dispositif d’alerte de capture (PAVAC), munie d’un hameçon, destinée à être posée plus près des côtes, sur des fonds de 30 mètres de profondeur maximum, dans un but de pêche préventive rapprochée. Plus près des côtes, ça va être difficile, à moins que la plage ne soit visée ??

**PHF : palangre horizontale de fond (PHF), équipée elle de 25 à 50 hameçons, et destinée à être posée plus au large sur des fonds jusqu’à 70 mètres de profondeur, pour une pêche préventive élargie. Sur la côte ouest, on pense tout de suite au large du Cap La Houssaye…lieu de prédilection des baleines à bosse quand elles viennent à La Réunion en hiver.