Catalepsie: l’immobilité tonique

La catalepsie ou immobilité tonique est un état dans lequel peuvent entrer les requins.
Ceux d’entre vous qui s’intéressent aux requins auront peut-être déjà visionné les vidéos de Mike Rutzen caressant des squales. Cet état a été découvert dans les années 1960 par Samuel Grubbler. C’est une sorte de transe lors de laquelle tous les signes vitaux sont normaux mais le requin ne réagit plus aux stimuli externes. Le requin garde sa tonicité musculaire mais ses sens sont au minimum en éveil. Cet état n’est pas forcément induit par l’homme. En effet, la roussette brune (Haploblepharus fuscus) entre d’elle même en catalepsie si elle est dérangée ou si elle se sent en danger (d’où son nom anglais de ” brown shy shark”). De façon encore plus impressionnante, les requins taureaux se servent de l’immobilité tonique lors des accouplements: le mâle met la femelle sur le dos et elle entre donc en catalepsie. Beaucoup de ces observations ont eu lieu en aquarium.
On connaît à ce jour deux façons de faire entrer un requin en catalepsie :
En mettant un requin sur le dos : sa perception et son champ visuel sont alors perturbés, ce qui provoquerait une surcharge sensorielle. Cela engendrerait une sécrétion de sérotonine par le cerveau d’où l’état d’immobilité tonique. Avec cette méthode, on peut toucher le requin. Pour le faire sortir de sa torpeur, il suffit de le remettre à l’endroit. C’est une méthode qui a été utilisée au début des recherches sur les requins afin de faire des prélèvements, notamment. Cela permettait de ne pas utiliser d’anesthésiants le temps de baguer le squale ou de procéder aux opérations scientifiques. Cette méthode ne convient cependant qu’aux requins que l’on peut manipuler et reste risquée; il est assez difficile de retourner un requin tigre de 4 mètres…
– La deuxième méthode peut être qualifiée de “méthode douce” puisque c’est en le caressant que le requin entre en état d’immobilité tonique. Le rostre, gueule ou « museau » est parcouru de capteurs sensoriels appelés ampoules de Lorenzini. Lorsqu’on le caresse à cet endroit, ses capteurs sont saturés, ses muscles se détendent complètement et il s’abandonne (comme sur la photo où Mike Rutzen met un requin de récif en catalepsie par des caresses). Cependant, il ne faut toucher ni ses yeux ni ses fentes branchiales sinon il se réveille instantanément. Il semble que les requins apprécient ces caresses. Mike Rutzen a même réussi à faire entrer en catalepsie une femelle requin tigre de plus d’une tonne avec cette méthode !
Mike Rutzen
ici l’expérience consiste à caresser un requin de récif jusqu’à le faire entrer en catalepsie. Les caresses sont alors interrompues et un appât est présenté. Le requin choisit les caresses plutôt que la nourriture. On note au passage que la paupière nictitante du requin (Carcharinidés) se ferme régulièrement…